Catégories
background

Les Pirates Céfrites

Ces pirates anthropophages glorifient leurs énormes moteurs qui leur permettent de se déplacer dans le désert avec leurs pneus démesurés munis de lames creusant dans les cendres. Leurs principales sources de revenus et de subsistance sont les pillages de convois et la culture d’insectes. Ils commercent rarement avec la ville, si ce n’est avec les membres du culte des docks troquant des préparations nutritives à base d’insecte contre le résultat des pillages urbains de ces derniers.

Les convois, surtout terrestres, sont extrêmement rares. Cela s’explique facilement par la présence des pirates Céfrites, qui rendent la traversée très dangereuse ; par conséquent, les rares convois qui sont envoyés à travers ce territoire inhospitalier sont lourdement armés et leurs contenus sont suffisamment importants pour que son expéditeur choisisse de prendre le risque d’affronter le désert et ses dangers.

À force d’attaquer et de piller ces convois, ils sont devenus lourdement armés ; ils possèdent par ailleurs plus d’armes que d’Hommes pouvant les manier. Ils aiment le sang, la violence et les explosions. Lorsqu’un accident survient, ils se jettent sur les victimes et festoient en s’amusant au milieu des tripes et organes qu’ils dévoreront le soir.

Ils ne sont pas organisés autour d’un chef commun, mais en familles construisant des camps spartiates et éphémères. Les liens familiaux ne comptent pas dans la reproduction produisant des enfants dégénérés constituants la plupart de ces pirates.

Il  peut être parfois sans danger de les rencontrer, dans le cas d’un échange commercial par exemple, mais pour cela il vaut mieux être accompagné de l’un d’entre eux ; et être accompagné par l’un d’entre eux pourrait rendre le voyage encore bien plus dangereux que la rencontre. Leur santé mentale est bien basse comparée aux autres personnages de Neotokyo et ils cumulent les maladies mentales dues à leurs gènes, leurs éducations et leurs mœurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.